lundi 22 août 2016

ORIGAMIE


Wolfram Kampffmeyer talentueuse artiste Allemande est spécialisée dans l’animation et la 3D et également très douée avec le papier. Elle nous livre une collection d’animaux aux formes géométriques et aux couleurs diverses et variées. Cerise sur le gâteau, vous pouvez même les acheter en ligne.




Facebook : www.facebook.com/paperwolf.info/timeline
Shop en ligne : de.dawanda.com/shop/paperwolf

lundi 26 octobre 2015

-> MENTAL OLYMPIQUE

Pour se muscler ou s'assouplir tout en travaillant, voici quelques exercices à réaliser au bureau. Travailler devant un ordi ne signifie pas qu'il faut renoncer à toute activité physique.

mercredi 14 janvier 2015

-> DIX STRATÉGIES DE MANIPULATION DE MASSES

« Dix Stratégies de Manipulation » à travers les média. Qui détaillent l'éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu'à maintenir le public dans l'ignorance et la médiocrité. Particulièrement intéressant pour décrypter l' actualité.
1/ La stratégie de la distraction
Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »
2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions
Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.
3/ La stratégie de la dégradation
Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.
4/ La stratégie du différé
Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.
5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge
La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »
6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion
Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…
7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise
Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »
8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité
Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…
9/ Remplacer la révolte par la culpabilité
Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…
10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes
Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

Auteur : Sylvain Timsit - http://www.syti.net/

jeudi 6 novembre 2014

-> AIMER L'ARCHITECTURE


Rendre l’architecture accessible et faire connaître ses collections permanentes à un large public, telles sont les missions de la Cité de l’architecture & du patrimoine qui s’affiche avec une série de trois visuels, pures images de synthèse en 3D dans la continuité des écritures publicitaires des années précédentes.
Havas Paris, qui signe cette campagne, a fait appel au collectif de photographes Illusion. Ces visuels au style graphique épuré et à l’écriture minimaliste, représentent une maison individuelle en bois à même l’écorce, le Puck building de New York à même la brique et la cathédrale d’Amiens à même le bloc de pierre. Couvrant ainsi des époques architecturales historiques et contemporaines, la mise en scène a pour vocation de montrer que le design est un mélange de créativité et d’un travail de grande précision des matières capable de donner vie à des bâtiments extraordinaires.
Puck building

cathédrale d’Amiens


lundi 3 février 2014

-> LES 7 GRANDES TENDANCES POSITIVES 2014


Omnicom Media Group, dévoile 7 grandes tendances positives qui dressent le portrait du smart consommateur et les usages media qui en découlent. "2014 signera le retour des valeurs positives et surtout l’explosion de la créativité partout et par tous". L'agence l'explique par la légère amélioration économique (le marché publicitaire devrait progresser de +0.6% vs 2013) mais également par les événements sportifs (JO de Sotchi, Mondial de Football au Brésil) qui devraient jalonner l'année et donner du baume au cœur aux nations.

2014... année des petits plaisirs et de l’optimisme? Ce sont les produits dits « premium » qui seront plébiscités par les consommateurs : chocolat, café, maquillage – ces produits sont associés aux récompenses, aux petits plaisirs. En télé, les chaînes poursuivront leur démarche positive avec la mise à l’antenne de programmes courts et humoristiques qui a l’image de Scènes de Ménages (M6) rencontrent des succès auprès des téléspectateurs. Les « Talents » individuels seront toujours et encore valorisés à travers les émissions à succès telles que The Voice, la France a un incroyable talent …

L’année sera synonyme de créativité ! Les consommateurs attendent des marques, de la créativité, de l’émotion et de l'« expérience », qui insiste sur trois aspects : jouer sur la tradition (ex : la longévité de Perrier, les 80 ans de Ricard …), jouer sur l’imagination et offrir une expérience réelle unique et ludique.  Au-delà de la tradition, l’agence note que c’est également le patrimoine qui est désormais le fer de lance. Les marques mettent en avant leur fondateur ou PDG, et la fameuse « French touch » qui est visible tant en publicité (ex : campagnes Renault), que dans les programmes TV (La maison préférée des Français, un Village Français, Retour au pensionnat à la campagne...).

Enfin ces dernières vont de plus en plus engager le consommateurs: OMG, dans Vision 2014, se penche sur les exemples du grand magasin Bloomingdales qui a créé un concours autour du thème du « Selfie ».

2014, restera social media toujours !
Les réseaux sociaux seront toujours utilisés avec la même frénésie. Aux réseaux connus et phénomènes de Selfie, s’ajoutent déjà de nouveaux venus qui permettent non seulement le partage mais aussi la monétisation, comme le propose Pheed...

La télévision s’inspire du web social, avec des programmes désormais participatifs comme What Ze Teuf (D8). Selon l’agence 56% des 15-60 ans ont déjà interagi (commenté, liké, tweeté…) avec un programmes TV !

2014 sera l'année de la technologie à porter sur soi !
Alors que les lunettes Google Glass ont été élues parmi les 50 meilleures inventions de l'année par le magazine Time, une nouvelle étude du cabinet Jupiter Research montre que le marché de la technologie nomade pourrait représenter jusqu'à 1,5 milliard de dollars en 2014. 2014 sera une année charnière pour la technologie portable, dopée par des appareils de santé et forme embarqués.

Bracelets, montres et autres appareils connectés seront les stars de cette année mettant en avant cette tendance « quantified self ».

2014, le temps au temps ?
« Si Internet et les nouveaux devices connectés facilitent le quotidien des individus et leur font gagner du temps, le sentiment d’en manquer n’a jamais été plus fort ».

Le consommateur nourrit un sentiment de nostalgie, un besoin de retour au ‘vrai’ parce qu’il est ultra-connecté. La mode de l’analogique, le vintage, le rétro a tout à voir avec cela. Aussi revient-on à des plaisirs simples comme la lecture : 54% des Français ont acheté au moins un livre en 2012, (baromètre multi-clients Achats de livres TNS-Sofres pour MCC-SLL/OEL 2012) et c’est le produit le plus acheté sur les sites d’occasion / troc… . L’ebook peine à décoller en France (3% du marché du livre), contrairement à l’engouement anglo – saxon (où il représente 20% du marché US et 12% du marché UK (chiffres SNE 2012)

2014 : consommer « responsable » ?
Les consommateurs restent plus vigilants sur l'information, privilégient le local et se réfugient vers les valeurs simples et durables... moins de gaspillage, moins de superflu, plus d'éthique et de partage de valeurs... et un besoin toujours croissant d'informations qu'elles soient environnementales ou sociales.

‘La consommation collaborative (seconde vie des objets, plateforme de troc, covoiturage, autopartage, prêt de machine à laver, ...) conciliant économie et comportement durable connaît toujours un fort développement.’

2014 : famille je vous aime


La famille semblent être par temps de crise une valeur refuge.

« Avec la crise, les gens ont pris conscience que le monde pouvait être imprévisible et menaçant, ce qui les pousse à se recentrer sur la cellule familiale, considérée comme fiable.  La famille est la valeur la plus importante pour près de la ½ des Français* et 89% y placent leur confiance (3ème acteur derrière les pompiers et les infirmiers).» (Sondage CSA janvier 2013  et Sondage Harris Interactive ‘La confiance des Français dans les acteurs de la société’ mai 2013).

Ici aussi,  la télévision donne le LA et offre quantité de programmes depuis quelques années remettant la famille au centre des préoccupations (M6 lance Les nannies, NT1 relance Super nanny et NT1 Family, … succès de Fais pas ci, fais pas ça)…

jeudi 23 janvier 2014

-> LA LAIDEUR SE VEND MAL, Raymond Loewy

Hebergeur d'image

Ce titre, c’est celui d’un livre de Raymond Loewy, célèbre designer français, obligé de s’expatrier aux États-Unis en 1919 pour que son métier soit enfin reconnu et valorisé. Bien sûr, on imagine immédiatement son contraire : “Le joli se vend mieux”. Dans ce simple titre, c’est toute une partie de la mission du design qui s’exprime. Quand il s’agit d’identité, on parle aisément d’esthétisme. Mais dans le design graphique dédié aux packagings de grande consommation, c’est loin d’être une évidence.

Hebergeur d'image

Le design est une discipline qui relève à la fois de la fonction et de l’esthétique. Dans le design industriel, on va chercher à créer une chaise sur laquelle il sera confortable de s’asseoir durablement par sa forme, sa matière, son ergonomie… et dont l’esthétique procurera un plaisir visuel par son “dessin”, sa ligne, son aspect, sa couleur, sa qualité de finition. Ainsi le design d’un véhicule pourra servir à la fois le volume de son habitacle, son aérodynamisme… Mais aussi une esthétique racée, puissante ou ludique. Si la chaise est jolie mais très inconfortable, ce n’est pas un bon design. Si la voiture est splendide mais si lourde et si peu aérodynamique que sa consommation fait fondre votre carte bancaire, ce n’est pas du bon design non plus.

C’est la même chose pour le design graphique

Hebergeur d'image Pourtant, les briefs packagings que les clients transmettent à leurs agences parlent plus d’efficacité, d’impact en linéaire, de lisibilité, de visibilité, de traduction de promesse… que d’un objectif esthétique ou d’une préoccupation sur le caractère « joli » du produit final.
Raymond Loewy écrivait sur ses cartes de visite : « entre deux produits de même prix et de même qualité, celui qui a la plus belle apparence se vendra le mieux ». Alors pourquoi ne pas s’y intéresser dès le départ ?

Se poser la question

D’ailleurs… Combien d’études se préoccupent de savoir, auprès des consommateurs, si le packaging est plus beau qu’avant ? De manière générale, lorsqu’une marque lance une étude de marché sur un nouveau packaging, les questions posées sont orientées, comme les briefs, sur des aspects techniques. Impact, différenciation par rapport aux concurrents ou encore crédibilité du produit étant les maîtres mots d’une étude « parfaite ». Pourtant, ces aspects techniques ne sont qu’une partie de l’acte d’achat, la part rationnelle.

Malheureusement, la part émotionnelle est très rarement approchée, ou alors très mal. Par exemple, la question « aimez-vous ce produit » se résume la plupart du temps à l’indication d’une note de 0 à 10, selon qu’on aime le produit un peu, beaucoup, ou pas du tout. Il peut aussi arriver qu’une étude demande à quoi les consommateurs prêtent le plus attention lors de l’achat d’un produit particulier. Mais la question n’arrivera qu’en toute fin de formulaire. Et la proposition « l’esthétisme » arrivera, elle, presque en dernière position. Bref, tel un détail insignifiant, secondaire. Pourtant, c’est bien l’émotion générée par la beauté d’un objet qui amènera les consommateurs à acheter cet objet plutôt qu’un autre. La question mériterait donc d’être posée.

Vive les exceptions !

Pour certains, l’intérêt porté à l’esthétisme tient une place prépondérante. Notamment en fin d’année lorsque de nombreux packagings se parent d’habits de fête. Mais aussi lors de la création de packagings collector ou voués à être diffusés via un canal de distribution particulier, le sélectif. Colette, La Grande Épicerie de Paris… des magasins (concept store pour certains) qui suscitent l’attention avec des produits en édition limitée ou exclusivement créés pour eux.

Un intérêt partagé également par les secteurs de l’alcool et de la cosmétique, finalement assez proches dans leur démarche. Avec une bouteille de champagne ou un flacon de parfum, ce que l’on cherche avant tout, c’est un bel objet. Un bel objet à offrir à quelqu’un ou à soi-même, pour se faire plaisir. Un bel objet qui valorise autant la personne qui l’achète, que celle qui le reçoit. Sortir un très beau rouge à lèvres de son sac à main sera valorisant, autant que de poser une belle bouteille sur la table de ses invités.

Hebergeur d'image
Au delà de l’esthétique visuelle, la dimension multi-sensorielle est très importante dans ces univers. Une attention particulière est donc apportée à la forme et la matière de ces produits. En cosmétique, l’attention portée à un packaging « joli » est, forcément, intimement liée à la fonction finale du produit. Difficile d’imaginer un produit de « beauté » dans un packaging « laid ». Mais ces packagings ont également une fonction décorative… de votre salle de bains. Pour un produit à offrir ou très impliquant à l’achat, le beau est évident. Pourquoi, par exemple, une boîte de petits pois pourrait prendre le risque d'être laide ? Parce qu'elle n'est ni offerte, ni impliquante ?

Ils ont osé

Avoir un « joli » packaging n’est finalement pas une évidence pour les marques de grande consommation. Elles le veulent efficace techniquement et souvent, elles y arrivent. Mais obnubilées par l’approche rationnelle, elles en oublient l’impérative émotion qui fait passer à l’achat. Danone a osé. En lançant une campagne affirmée mettant en avant la beauté de ses nouveaux packagings, la marque prouve que même un pot de yaourt peut être beau.

Hebergeur d'image

Expresso

Même si Raymond Loewy a beaucoup travaillé dans le design industriel, sa contribution à l’univers des produits de grande consommation fut également décisive (le premier logotype de marque LU ou le paquet de Lucky Strike par exemple). Mais c’est le titre de son livre, « La laideur se vend mal » que nous devons retenir aujourd’hui. Dans un monde de plus en plus rationnel et rationalisant, le consommateur est bien plus émotionnel qu’il n’y paraît. « Efficacité » n’est donc pas à opposer à « esthétisme ». Tout comme « design » s’accorde avec « business ».


source : Catherine Pipers / @LaPauseDesign
+ d'info : http://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Loewy
Livre dispo sur Amazone


vendredi 10 janvier 2014

-> VITESSE EN SLOW MOTION

Aprés les fêtes, il est de coutume de retrouver les campagnes de communications institutionnelle, on commencera l'année avec celle de cette campagne de prévention routière qui fait froid dans le dos: ici pas de choc immédiat, pas de sang, juste le futur mort et un chauffard qui conversent.



L’agence NZ Transport Agency, chargée de promouvoir la sécurité sur les routes de Nouvelle-Zélande, créée l’événement et met en lumière la manière dont les individus perçoivent leur vitesse. Beaucoup s’imagine que rouler à 100-110 km/h, c’est acceptable. Ils pensent rouler confortablement et avoir le total contrôle de leur véhicule. Or, le problème n’est pas là, un « bon conducteur » peut aussi faire des erreurs. Et une erreur sur la route, ça ne pardonne pas, même la plus petite faute peut coûter la vie. L’opération rappelle ainsi un phénomène simple mais souvent oublié : plus la vitesse est importante, moins le conducteur a le temps de réagir et d’éviter l’accident. Sur ce constat, l’association a ainsi réalisé avec Clemenger BBDO un spot TV marquant mettant en scène deux conducteurs sur une route. Au moment où les deux sont sur le point de se percuter, le temps se suspend et les deux hommes discutent : l’un suppliant le second de ralentir pour ne pas mettre en danger son fils. L’arrêt du temps à la manière d’un film de science-fiction, la pression ressentie par la voiture continuant d’avancer petit à petit, se rapprochant de l’échéance funeste, créent la surprise. 

Un rappel fort : sur la route nous ne sommes pas seuls, « Les autres font des erreurs – ralentissez». Une vidéo bien pensée qui n’utilise pas immédiatement la violence pour marquer les esprits, et terriblement efficace puisqu’elle comptabilise déjà plus de 2,7 millions de vues sur YouTube en l’espace de 5 jours.

mardi 17 décembre 2013

-> NOEL DECALE

Hebergeur d'image

Un peu de second degré peut vraiment faire du bien en cette fin d'année 2013. A l'approche de Noël et de ses campagnes de pub jolies et pleines de bons sentiments, Kmart (chaîne de supermarchés US) offre un contre-pied très très intéressant et pas du tout corporate !

lundi 2 décembre 2013

-> BAISSE DES RECETTES PUBLICITAIRES 2013

A titre d'info, les recettes publicitaires au 3ème trimestre 2013 continue leurs baisses (IREP Institut de Recherches et d'Etudes Publicitaires). Certains secteurs s'en tirent mieux que d'autres mais la baisse est générale. Il n'est pas possible de ne pas communiquer, à pus forte raison en période de crise. Alors la solution viendrait elle d'une autre manière d'approcher sa façon de se faire connaitre et mettre en valeur ses produits ou services ? Je pense que la créativité trouve sa place dans les petits budgets car elle va à l'essentiel et elle n'en est que plus pertinente.


jeudi 28 novembre 2013

-> LA TERRE DU MILIEU A VOTRE PORTE

Après Google Chrome (voir article précédant)  c'est au tour de la Nouvelle-Zélande de marketer ce produit d’appel touristique. La dernière campagne de sa compagnie aérienne nationale le prouve encore, avec toujours la même créativité. (voir campagne de l'année dernière)

Hebergeur d'image

La Terre du Milieu serait-elle plus proche qu’on ne le pense ? Portée brillamment à l’écran dans le triptyque spectaculaire du « Seigneur des Anneaux », l’œuvre de J.R Tolkien s’invite avec humour dans la stratégie publicitaire d’Air New Zealand. Dans son dernier spot intitulé « Juste un autre jour en Terre du Milieu », la compagnie aérienne s’inspire du monde de Fredon et Bilbon Sacquet, pour le mettre en scène au sein de son équipage.

Utiliser l'univers fantastique du film

Depuis le carton commercial du premier film de la nouvelle trilogie du réalisateur néo-zélandais Peter Jackson, la planète imaginaire des Hobbits redevient à la mode. Pour profiter de la sortie mondiale du deuxième volet intitulé « The Desolation of Smaug », Air New Zealand se paye carrément un court-métrage de trois minutes pour rapprocher ses passagers de l’imaginaire de la Terre du Milieu.



Le concept est simple, amusant et fonctionne parfaitement : derrière chaque pilote et membre du personnel de bord se cache un personnage de la trilogie ! Ce n’est pas un hasard si la pub montre également deux fans qui, en enregistrant leurs bagages, remarquent un œil dans le trou d’un baril en bois. Avec la promotion mondiale offerte par Peter Jackson, la Nouvelle-Zélande est devenue la Mecque incontournable de tous les amoureux de Tolkien, qui organisent des séjours océaniens sur les lieux de tournage des films. Car oui, les cinq adaptations cinématographiques ont toutes été filmées, en très grande partie, sur la terre des All Blacks. « Pour les passagers de la majorité de nos vols longs courriers, la Terre du Milieu n’est finalement qu’à une nuit passée dans notre avion », explique au Media Post Jodi Williams, head of global brand development du transporteur aérien « kiwi ».


source : Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

mardi 26 novembre 2013

-> VOYAGE VERS LA TERRE DU MILIEU

Hebergeur d'image

Le monde de Tolkien est désormais à portée de clic : Google Chrome propose aux internautes de s’immerger dans La Terre du Milieu pour combattre les Trolls aux côtés des Hobbits.

Le deuxième volet de la trilogie réalisée par Peter Jackson, Le Hobbit : La Désolation de Smaug, sortira le 11 décembre au cinéma. En attendant, les internautes sont invités à se rendre sur le site goo.gl/TheHobbit via Google Chrome et accéder à “Un périple à travers la Terre du Milieu”, la dernière-née des Chrome Experiments.
Cette expérience qui met en scène les lieux et personnages de la célèbre trilogie a été développée par North Kingdom en collaboration avec Warner Bros. Pictures, New Line Cinéma et Metro-Goldwyn-Mayer Pictures. Ainsi, à partir de leur ordinateur, smartphone ou mobile, les utilisateurs peuvent explorer la forêt de Trollshaws, Fondcombe et Dol Guldur (d’autres lieux seront dévoilés dans les prochaines semaines), en apprendre plus sur leur histoire et leurs habitants et relever des défis en faisant face à de terribles trolls.

L’occasion pour Google de vanter les mérites de Chrome et de souligner la qualité du rendu graphique sur Smartphone, depuis que Chrome pour Android est désormais compatible avec WebGL. Les graphismes en 3D ont été réalisés en CSS3 et WebGL.




Vous pouvez également revoir le coup de com (2012) de Air New Zealand lors de la sortie du précédent film

vendredi 22 novembre 2013

-> DES MEGOTS DANS LE BERCEAU

La Finlande fustige les mères fumeuses dans une campagne de publicité contre le tabagisme des femmes enceintes. Une mère peut être le pire ennemi de son bébé... amène sans détour la campagne Baby Love. Selon le Cancer Society of Finland, 15% des finlandaises fument lorsqu’elles sont enceinte. Un état de fait qui s’aggrave lorsque l’on sait que 50% des mères-adolescentes continuent de fumer pendant leur grossesse. Ainsi 10 000 bébés naissent des cendres chaque année en Finlande.



Cette campagne, réalisée par Havas Worldwide Helsinki et produite par le studio Arkadena & Sauna international, vise à remettre en question les attitudes et les croyances sur le tabac et encourager les mères à cesser de fumer.

lundi 18 novembre 2013

-> DÉFORESTATION SUR GOOGLE

Hebergeur d'image

Google Earth a établi un partenariat avec une équipe de chercheurs de l'Université du Maryland à la réalisation d'une carte numérique interactive qui met en évidence l'évolution de la déforestation des forêts mondiales. Les données utilisées se sont conformés à partir des résultats d'une longue analyse de 2000 à 2012. Chaque indication de couleur sur l'interface correspond à : rouge - la perte de forêt ; bleu - gain de forêt ; magenta - à la fois la perte et le gain , le vert - étendue de la forêt. Entre autre, l'Indonésie, qui a perdu plus de 50% de sa forêt naturelle dans les 30 dernières années.

jeudi 14 novembre 2013

-> PORCHE / CITROEN... 911DS

Hebergeur d'image

La voiture parfaite ?  Le groupe de design américain, brandpowder, a combiné une Porsche 911 et une Citroën DS (conçu en 1955 par le designer italien Flaminio Bertoni) - deux des véhicules classiques de renom jamais produit.
Quoi qu'il en soit, ça ne laisse pas indifférent.

Hebergeur d'image Hebergeur d'image

source : http://www.brandpowder.com/911-ds-the-perfect-car

mercredi 2 octobre 2013

-> DE LA CULTURE DANS LA COMMUNICATION

Quels sont les 50 cas publicitaires mythiques à retenir ? Que diriez-vous de découvrir une interface unique en son genre qui référence les meilleures opérations de marketing et de communication. Et le tout décrypté par des experts de la com ! 



C'est le type de site internet qui manquait dans le paysage francophone et professionnel. Une interface qui référence, case studies à la clé les meilleures opérations de publicité depuis que la pub est pub. Et cette initiative, on la doit à Ionis Education Group qui vient de lancer Ionis Brand Culture, un site pédagogique sur la communication, le marketing et les marques. Cet outil de « Mark-Com », Marc Drillech, (ancien publicitaire et dg de ce groupe d’enseignement privé supérieur), l’a voulu : francophone, complet, analytique et doté d’un esprit de décryptage. 

« C’est un support de travail complémentaire aux cours de nos enseignants », souligne-t-il « mais aussi une ressource fondamentale pour les juniors en agence ou chez les annonceurs où bien souvent, le stress, les moyens réduits en temps et en argent, ne permettent pas un système de formation toujours à propos ». Raison pour laquelle, il est en libre accès pour tous. 

Pallier le manque de culture générale des juniors et leur permettre de gagner en pertinence « Il est essentiel que le plus grand nombre, de l’étudiant au stagiaire en passant par le jeune diplômé tout juste en poste, ait des références solides, communes et connaisse les cas d’écoles en communication ou comprenne les grandes réussites marketing », insiste M. Drillech « les ignorer peut constituer un handicap dans sa réflexion, et pénaliser sa carrière. Les analyser et bien les digérer, c’est gagner en pertinence, en performance et donner l’opportunité de mieux gérer les mutations du marketing présentes ou à venir »

Une réflexion qui sied aussi à bon nombre de professionnels dont certaines carences historiques et professionnelles laissent perplexes... Grâce à une ergonomie bien organisée par tête de chapitres (Etudes de cas, Bibliographie, Sources et références…), sa consultation est très fluide. Il présente 50 cas marketing et/ou publicitaires (une centaine d’ici à la rentrée 2014), choisis en fonction des grands prix récoltés et des résultats économiques ou de notoriété enregistrés, tels que Obama 2008, Apple, Victoria’s Secret, Dove, Myriam, De Beers, Monoprix, Club Barbie, Starbucks, Amex, Daisy, Darty, 118-218, Silk Cut, Red Bull...

<a title="Cas N&#176;1 - Absolut" href="http://video.ionis-group.com/video/cas-no1-absolut/1516.html"><img alt="Cas N°1 - Absolut" src="https://lh6.googleusercontent.com/proxy/gmGOOsBeoAWFOyVPYyCzNBQVqMY-JIAdaQeqWtzyG9mdU1Mdcsd7YgGy8iRrlxCWciRbaOaERLDeaJ0meGUJw12en_I9fGbkKLQF7p9xeHL_WDobREOhvOZ5rOoL2NbJscp8KGNgsTFMba-F36UJu5g3AhoNVQsYZU1MJqsjg5ziWv87EEW5p-oY8kNMZTYyGV0PSC5_QKVvySQ=s0-d"></a><a title="Cas N&#176;1 - Absolut" href="http://video.ionis-group.com/video/cas-no1-absolut/1516.html"><h2> Cas N&#176;1 - Absolut</h2> </a>

Si beaucoup sont mythiques, certains peuvent sembler anecdotiques ou obsolètes. « Non », répond M. Drillech « car il y a quantité de marques actuelles qui rencontrent les différents types de problématique que nous décortiquons. Et, souvent, nous démontrons que tout n’est pas la faute des nouvelles technologies mais en lien avec les structures du marché, une position de leader ou non, un avantage produit ou non, une création trop ou pas assez décalée... Nous expliquons également, qu’un petit budget n’est pas une bonne excuse, et quelques exemples grandioses prouvent qu’on peut être pauvre et réussir ». Des contributeurs de haut vol avec plus d’une douzaine d’experts de la communication. 

Pour chaque cas, l’internaute dispose d’une synthèse, d’un développement (power point en 26 pages), de visuels ou de films et d’une bibliographie spécifique. Et nec plus ultra, une personnalité apporte son éclairage, dans une vidéo d'une dizaine de minutes. Et déjà, ils sont plus d’une douzaine de publicitaires et de planners stratégiques à contribuer à ce bel exercice de « culture pub »... Alors, avec cette open source thématique et pédagogique si bien ficelée et promise à une actualisation régulière, la future élite communicante n’a plus aucune excuse valable pour ne pas piocher de quoi réfléchir avec pertinence, et peut-être même trouver le prochain Lion d’or à Cannes.
sources : influencia.net

lundi 16 septembre 2013

-> ED FAIRBURN





Je vous invite à aller voir son site : http://edfairburn.com/

mercredi 4 septembre 2013

-> MESSAGE CHOC !

Mini a dressé des lettres de chair et d’os en plein cœur de Mexico. Une initiative sanglante qui tend à convaincre les automobilistes d’éviter les textos au volant.

Les textos au volant sont responsable de 2 000 morts chaque mois, 40 000 handicapés et 75 000 blessés par an au Mexique. Aussi, pour réduire ces chiffres accablants, le constructeur automobile propose aux automobilistes de télécharger l’application « The word blocker ». Celle-ci, une fois installée, bloque automatiquement les appels et les alertes de messagerie dès lors que vous roulez au volant de votre voiture, et envoie un SMS prédéfini par l’utilisateur aux numéros des appels entrants. De plus, "The word blocker", synchronisé au GPS, calcule votre vitesse, enregistre le nombre de kilomètres effectués en toute sécurité, partage ces chiffres sur les réseaux sociaux et invite les amis à télécharger l’application.

Pour promouvoir le dispositif, Mini, en collaboration avec son agence Publicis Mexico, a installé une trentaine de lettres de 2,5 mètres de hauteur et de largeur tout autour de Mexico. Des lettres « blessées » puisque certaines fissures laissent apparaître des chairs à vif et de véritables ossements. Le message est clair : "Mini – don´t text and drive". Une mise en scène déstabilisante, relayée en affichage, qui invitait les passants via un QR Code à télécharger l’appli.

Les résultats sont probants. Un client Mini sur quatre s’est interessé à l’application. Le earned media a dépassé les 40 000 USD (environ 30 800 euros) dès le premier mois. Plus de 33 000 kilomètres ont été parcourus en toute sécurité et en seulement une semaine, plus de 10 000 tweets et commentaires sur Facebook ont été comptabilisés.

lundi 2 septembre 2013

-> IAN BARRY


Entre expert du patrimoine et innovation, designer industriel américain, artiste et ingénieur moto, Ian Barry fascine les amateurs de sport automobile avec ses "Super-Sleek".
Fabrication de la mécanique des monstres fusionnés à un art exquis, Ian Barry est surtout connu pour les lignes sensuelles et arrondies. Historiquement et culturellement influencé, Ian Barry recueille des moteurs de célèbre motos britanniques rares. En utilisant le moteur à la fois comme une influence créative et un cadre structurel, il a développé à partir de zéro, une pratique de la conception, d'ingénierie et de fabrication de chaque véhicule. Avec son partenaire Amaryllis Knight  il co-fonde "Falcon" (Les motos de Los Angeles) et a depuis travaillé sur la série Falcon, une collection de 10 modèles complètement uniques qui ont été remis à neuf à partir de morceaux de trouvailles ancienne.
Quatre des dix falcons ont été achevés, et chaque création haut de gamme est aussi séduisante et extravagante que son prédécesseur. Le véhicule noir et brun brillant a été construit autour d'une seule pièce, le moteur de la Triumph Thunderbird 1950. Ian Barry a passé plus de 1000 heures à construire laborieusement le cadre de la moto autour du moteur rénové. La fabrication de nombreux nouveaux composants mécaniques et les détails ont été réalisé par lui-même. Une référence historique incarne l'influence de la conception finale - "la balle" est fabriquée avec les éléments et l'esthétique des pistes de vélos de course, les véhicules de sport américain des années 1920.
Le premier de la série Falcon terminé , «la Balle», est un écran brillant de l'art et de l'artisanat.

Site internet de Ian Barry

lundi 26 août 2013

-> BAMBOO LOW COST


Au Vietnam, concept de logements à faible coût par H&Parchitectes.
Développé par H&P architectes (Vietnam), le projet de logements à bas prix est situé dans une région touchée par les inondations et des températures extrêmes toute l'année. Pour répondre aux besoins de base d'une maison résidentiels, le bâtiment sera assemblé en utilisant un minimum de composants et de bambous (modulaires).


Utilisant des ancres, des liens et des connexions solides, la structure sera assez forte pour flotter dans les inondations. construite avec des matériaux locaux tels que le bambou, les feuilles et des contenants d'huile recyclés, le concept combine des caractéristiques architecturales traditionnelles de tissu en extérieur. Cette habitation coûte un peu moins de 2000USD.
Le plan prévoit la production de masse et la possibilité pour les villageois de les construire eux-mêmes.


Détails du projet Architectes : H&P architectes
Localisation : centre du Vietnam
Architecte en charge : Doan Thanh ha et Tran Ngoc Phuong
Equipe : Dang Xuan Hoa, Tran Ngoc Thach, Nguyen Xuan Tung
Date d'achèvement (phase 1) : mars 2011
Date d'achèvement (phase 2) : mars 2013
Statut : en cours de construction (test)

lundi 10 juin 2013

-> MIT Architecture

Je retournerais bien à l'école...



MIT Architecture, 7-337, 77 Massachusetts Ave, Cambridge, MA 02142, États-Unis