mardi 1 mars 2011

-> IDENTITE AUDITORIUM ORCHESTRE NATIONAL DE LYON

l’Auditorium de Lyon, une énorme coquille St Jacques de Béton datant de 1975 construite au cœur du quartier de la Part-Dieu. Les deux entités Auditorium et Orchestre National de Lyon sont indissociables. L’Orchestre est résident permanent de la salle depuis 1975. L’Auditorium-Orchestre national de Lyon produit dans ce lieu la plupart de ses concerts et accueille des formations invitées. L’arrivée d’un nouveau chef d’orchestre ( Leonard Slatkin ) et les évolutions de la structure administrative sont l’occasion de renouveler l’identité visuelle de l’établissement. Malheureusement, ce projet ne sera pas retenu.



1 : DEUX ENTITÉS SONT INDISSOCIABLES : Le «A» et le «O» sont rassemblés au sein d’un cercle. Symboliquement le «A» de Auditorium accueille le «O» d’Orchestre et inversement. Le décalage des deux lettres produit un effet d’optique qui donne une impression de mouvement au signe. La goutte du «a» pouvant être le point de départ d’une spirale imaginaire.

2 : LA GOUTTE : Empattement typographique qui évoque un certain classicisme.

3 : LE CERCLE :
Fais écho à la forme intérieure et extérieure de la salle, cela peut également évoquer une note de musique. On peut extrapoler jusqu’à voir des ondes musicales qui se propagent

4 : LA TYPOGRAPHIE : Le Newut, a été dessiné par André Baldinger en 2000. Il s’inscrit dans la continuité des caractères universalistes. Il en possède les qualités : lignes claires et précises, tracé classique, proportions équilibrées, formes ouvertes (assurant une bonne lisibilité en petits corps), adaptable à de multiples supports.

Le Newut a toutefois une particularité qui l’en distingue : ses capitales sont réduites à la hauteur des bas de casse. Cela permet de conserver leur dessin «monumental» (car elles proviennent des inscriptions lapidaires romaines) tout en approchant ce qui fait l’intérêt majeur des minuscules : leur lisibilité. En mélangeant les deux formes, le Newut atteint un équilibre qui lui permet d’être utilisé à la fois pour des textes courants (plaquette, formulaire) et comme caractère de titrage (affiche, couvertures).

UN RYTHME : En reprenant l’idée de lettres coupée, on donne un rythme aux mots… comme si certaines lettres étaient plus rapides ou plus lentes que d’autres… En plus de la mixité capitales-minuscules, ces coupures verticales la rendent immédiatement identifiable, en totale cohérence avec le signe.

5 : LE PLUS : Renforce l’idée d’association un lieu + un orchestre !

source : grapheine

2 commentaires:

Grapheine a dit…

Bonjour,
ce serait sympa de rajouter un lien vers la présentation totale de notre travail, ainsi que de créditer notre agence.
http://www.grapheine.com/blog/typographie/identite-auditorium-orchestre-national-de-lyon

FreD a dit…

Lien ajouté vers votre travail. Cordialement.